© 2019 by AGGLOMERATION LISIEUX NORMANDIE

LE POMMEAU DE NORMANDIE

Le plus normand des apéritifs

Bien avant l’engagement d’une poignée de producteurs pour faire reconnaître l’appellation

Pommeau de Normandie, il en était déjà produit depuis fort longtemps dans l’ouest de la France. Avec le développement de la distillation, il était courant, dans les fermes normandes et bretonnes, de fortifier les jus de pommes à cidre les plus fruités avec de l’eau-de-vie de cidre afin de préserver la quintessence des saveurs tout au long de l’année.

Le Pommeau était né !

 

Le Pommeau de Normandie a gagné ses lettres de noblesse en 1991 avec la reconnaissance en AOC.

Ancré dans le plus grand respect de la tradition normande, le Pommeau est né du mélange des jus de pommes à cidre les plus fruités et du Calvados. Cette opération de « mutage » est typique des bassins de production de la région, un symbole du savoir-faire normand.

Le Pommeau est apprécié pour son caractère, ses arômes de pommes, de pruneaux, d’amandes ou encore de fruits secs et de miel conférés par un subtil vieillissement en fûts de chêne pendant un minimum de quatorze mois.

Sa teneur en alcool, de 16 à 18% vol, fait de lui un alcool identitaire très apprécié à l’apéritif lorsqu’il est servi frais, entre 8 et 10 degrés. Le Pommeau se découvre en mixologie mais c’est à table qu’il se révèle d’excellente composition. Audacieux et gourmand, le Pommeau s’imagine également à la fin du repas avec un dessert ou un carré de chocolat.

 

Un si subtil assemblage

Trois quarts de jus de pommes à cidre et un quart de Calvados : c’est la base de la recette du Pommeau de Normandie.

Cet apéritif régional est issu d’une opération appelée « mutage » : l’ajout de Calvados titrant au minimum 65% vol dans le jus de pommes à cidre (ou moût) vient bloquer le processus de fermentation et permet d’obtenir une boisson plus douce (au moins 69 g de sucre résiduel par litre) dont la teneur en alcool est comprise entre 16 et 18 degrés.

Complexe à élaborer, le Pommeau requiert des variétés de pommes à cidre spécifiques, riches en sucres et en polyphénols.

Une fois l’opération de mutage effectuée, le mélange doit vieillir au minimum quatorze mois dans des fûts de chêne où il acquiert sa belle couleur ambrée à acajou et sa complexité aromatique suggérant des notes fruitées, épicées et boisées. Riche et gourmand, le Pommeau se boit bien frais : à l’apéritif, au cours du repas avec quelques accords parfaits, ou à la fin comme un digestif.

Il est également un excellent partenaire des mixologues pour élaborer de fabuleux cocktails.

 

Dégustation au dessert, la nouvelle dimension du pommeau

À conserver au réfrigérateur, le Pommeau se déguste entre 8 et 10°C, quel que soit son moment de consommation. Cette température de dégustation permet de sublimer ses saveurs fruitées et sa rondeur.

Incontournable à l’heure de l’apéritif, il se déguste également avec de nombreux mets à table ou en fin de repas. Il se révèle en accord parfait avec un foie gras, au cœur d’un melon ou avec certains fromages, comme les pâtes persillées.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now